ASSOCIATION POUR LA VIE ECONOMIQUE DU COEUR DE NANCY

Présentation des différentes hypothèses de matériels devant remplacer le tram Bombardier, demain, en conseil métropolitain. Alors qu’on attendait un vote…

Le tram Bombardier arrêtera de rouler en 2022. Quel système pour le remplacer ?    Archives Alexandre MARCHI

Le choix du système qui remplacera le tram Bombardier sur la ligne 1 des transports en commun était attendu pour fin 2016, début 2017, « afin que tout soit opérationnel en 2022, année de fin de vie du tram Bombardier », déclarait Laurent Garcia, vice-président aux transports, il y a un peu plus d’un an.

Force est de constater que 2016 s’est achevée sans qu’aucun choix n’ait été effectué. Laurent Garcia a été dessaisi de la question de l’avenir de la ligne 1 l’été dernier. André Rossinot a confié le dossier à Christophe Choserot, maire socialiste de Maxéville ayant rejoint l’exécutif de la nouvelle Métropole.

Christophe Choserot a tout de suite assuré que tout devait aller rapidement. Sachant que les études sur l’avenir de la ligne 1 ont tout de même été lancées en 2012.

Un débat en conseil métropolitain était annoncé pour début janvier 2017. Il a été reporté au conseil de demain, vendredi. Sans vote. Donc sans décision. Les conseillers métropolitains ne se prononceront qu’en juillet prochain.
Christophe Choserot présentera vendredi une rétrospective et une récapitulation des données du projet. « J’ai besoin de faire de la pédagogie… » explique-t-il. La période est en effet politiquement tendue. Nul doute que les conseillers métropolitains se prononceront avec plus de sérénité une fois les législatives passées.

Un tramway sur rails à cinq caisses

Les grandes lignes du projet sont déjà connues. Un consensus se dégage sur la nécessité de conserver le tracé de la ligne 1 dans sa portion qui va du carrefour du Vélodrome, à Vandœuvre, jusqu’à la place Barrois, à Saint-Max, en raison de la densité de population des zones traversées et de l’importance des infrastructures desservies.

Le rapport de Christophe Choserot émet les hypothèses de décrochages des deux côtés de cette ligne structurante, avec introduction de lignes 1A, 1B, voire davantage.

Au sud, à partir du Vélodrome, une ligne partirait vers le boulevard de l’Europe, une autre vers Villers, une troisième vers Brabois. Au nord, à partir de Saint-Max, une ligne emprunterait le futur boulevard urbain qui ira jusqu’à Maxéville, une autre pourrait aller vers Tomblaine et Jarville, une troisième filerait vers Essey et Pulnoy.

Quant au matériel roulant, un choix semble s’imposer par élimination des autres hypothèses. Il s’agit d’un tramway sur rails, constitué de véhicules à cinq caisses. Système évolutif, capable de transporter les 65.000 voyageurs attendus sur la ligne 1.

Reste un problème technique épineux : la montée à Brabois. Car « le tram sur rails ne peut franchir des pentes supérieures à 8,5 % », est-il indiqué dans le rapport qui sera présenté demain.

Philippe MERCIER

http://www.estrepublicain.fr/edition-de-nancy-ville/2017/02/09/le-nouveau-tram-a-petite-vitesse

Agenda