ASSOCIATION POUR LA VIE ECONOMIQUE DU COEUR DE NANCY

Entrée en vigueur du nouveau de plan de circulation ce mercredi. Les temps de trajet sont à peine allongés… pour l’instant. Comment les autorités régulent le trafic ? Comment les automobilistes s’adaptent-ils ?

Nous avons testé le nouveau plan de circulation ce mercredi matin. Et, surprise, le temps de trajet domicile travail, (sud de l’agglo/centre-ville) a été à peine plus long que d’habitude. Mais ne nous emballons pas : ce mercredi, il y avait entre 10 et 15 % de voitures en moins par rapport à une journée moyenne.

10 à 15% de voitures en moins

Le trafic a été fluide jusqu’au quai de la Bataille. À partir de là, il a fallu faire preuve de patience. Une première fois à l’angle de l’avenue Général Leclerc (3 cycles de feu à 8 h) et une seconde fois au bout de la rue de Phalsbourg (qui a changé de sens), à l’angle de la rue Mon-Désert. L’attente aurait pu être encore plus longue sans l’intervention de la police municipale. Les agents en poste pour s’assurer que les automobilistes n’empruntent pas les rues à contresens ont en effet dû prendre la main sur les feux pour réguler le trafic. Réduit à une voie, le pont des Fusillés, par lequel passent les automobilistes en provenance du sud (depuis le quai de la Bataille) et de l’ouest (rue Mon-Désert) est un véritable goulot d’étranglement. Ça coince ainsi sur tous les ponts qui enjambent la voie ferrée, la Meurthe et le canal.

Répartition des temps des verts

La fluidité du trafic dépend énormément de la régulation des feux. Thierry Campopiano, « traficien » au PC de circulation de la métropole répartit au mieux les « temps de vert ». « Une seconde en moins par ci, une seconde en plus par là ». Ces « ajustements » permettent de jouer sur la fluidité jusqu’à une certaine limite parce que « quand c’est plein, c’est plein ». Les hésitations des automobilistes aux carrefours, devant des rues qui sont désormais en sens interdit, sont flagrantes sur les écrans. « Aujourd’hui, le temps de passage au feu dure entre 3 et 4 secondes alors qu’il est de 2 secondes en moyenne », explique Thierry Campopiano. « Les automobilistes tâtonnent, ils testent plusieurs itinéraires », résume le directeur des mobilités de la métropole Leonel Da Cunha.

La situation ne va pas empirer dans les prochains jours. Elle devrait même s’améliorer. Entre le 15 juillet et le 15 août, le trafic diminuera en effet d’environ 40 %. Les choses sérieuses commenceront donc à la rentrée.

Agenda